NEWS FINANCIÈRES
Nous agrégeons les sources d’informations financières spécifiques Régionales et Internationales.
Info Générale, Economique, Marchés Forex-Comodities- Actions-Obligataires-Taux, Vieille règlementaire etc.

BULLETIN DU MATIN: 3 septembre 2020

Dow Jones Newswires French | 03/09/2020 | Indice/Marchés


Les actions attendues dans le vert, soutenues par les espoirs d'un vaccin et d'un plan de relance aux USA 
 
 
 
 
 
 
Eurostoxx 50      3.337,77 points  +1,84% 
CAC 40            5.031,74 points  +1,90% 
DAX 30           13.243,43 points  +2,07% 
FTSE 100          5.940,95 points  +1,35% 
SMI              10.384,84 points  +1,92% 
AEX                 561,27 points  +1,64% 
BEL 20            3.358,68 points  +1,34% 
IBEX 35           6.996,90 points  +0,57% 
 
DJIA             29.100,50 points  +1,59% 
Nasdaq           12.056,44 points  +0,98% 
S&P 500           3.580,84 points  +1,54% 
 
Nikkei 225       23.484,19 points  +1,02% (cours à 7h25) 
 
Cours de change à 07h30 
Variation par rapport à la clôture à New York 
 
EUR/USD      1,1805   -0,44% 
EUR/JPY      125,47   -0,34% 
USD/JPY      106,28   +0,10% 

A SUIVRE EN FRANCE

Le gouvernement présente mercredi son plan de relance économique, qui vise à répondre à la crise provoquée par la pandémie de coronavirus.

Les investisseurs seront également attentifs aux chiffres définitifs de l'indice PMI des services en août. Les données préliminaires, publiées le 21 août par IHS Markit, faisaient état d'un indice à 51,9 en août, contre 57,3 en juillet.

Du côté des entreprises, Capgemini et Iliad publient leurs résultats semestriels.

ACTIONS

Les marchés d'actions européens devraient poursuivre leur progression jeudi, soutenus par l'espoir de nouvelles mesures de relance et d'un traitement contre le Covid-19.

A 7h40, le contrat à terme sur le CAC 40 gagnait 34 points, soit 0,7%, selon les données du courtier IG Markets. Le contrat sur le DAX 30 prenait 96 points, soit 0,7% également, et celui sur le FTSE 100 s'adjugeait 23 points, soit 0,4%.

En Asie, les principaux marchés présentent un tableau contrasté. L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo progressait de 1,1% en fin de séance, tandis que le Hang Seng cédait 0,4% à Hong Kong. En Chine, l'indice Shanghai Composite perdait 0,1%.

Mercredi, Wall Street a poursuivi son ascension, permettant au Nasdaq et au S&P 500 de signer de nouveaux records et à l'indice Dow Jones de franchir le cap des 29.000 points en clôture. L'indice Dow Jones (DJIA) a terminé en hausse de 1,6%, à 29.100 points. L'indice élargi S&P 500 a pris 1,5% pour finir à un nouveau sommet de 3.580 points. Le Nasdaq, à dominante technologique, s'est adjugé 1% à 12.056 points, un nouveau record.

Les indicateurs publiés mercredi ont confirmé la reprise de l'activité économique aux Etats-Unis, mais à un rythme lent.

Dans son livre Beige, publié dans la soirée, la Réserve fédérale (Fed) a souligné que l'économie s'était globalement améliorée aux Etats-Unis ces dernières semaines, mais de façon modeste. "L'incertitude et la volatilité persistantes liées à la pandémie, et ses répercussions négatives sur les consommateurs et les activités commerciales, sont un sujet qui trouve un écho dans tout le pays", a indiqué la Fed.

Dans ce cadre, les investisseurs espèrent que l'administration Trump va proposer un nouveau plan de soutien à l'économie. Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a exhorté mardi le Congrès à allouer plus de fonds pour combattre les effets de la pandémie de coronavirus et s'est dit prêt à revenir à la table des négociations avec les dirigeants démocrates.

"On a l'impression que le marché se hisse de plus en plus haut chaque jour, quelle que soit l'actualité", commente Charles Day, conseiller en gestion de patrimoine chez UBS.

"C'est un mécanisme qui soutient le marché, l'hypothèse selon laquelle il va y avoir une nouvelle relance budgétaire", estime Seema Shah, stratégiste en chef chez Principal Global Investors. "Si elle n'a pas lieu, les investisseurs réexamineraient les perspectives de croissance de l'économie américaine. Cela provoquerait une pause dans le rally haussier, voire même un affaissement", ajoute-t-elle.

Jeudi, l'attention des investisseurs se portera sur les indices PMI de la zone euro et de ses Etats membres, ainsi que sur les demandes hebdomadaires d'allocation chômage et la balance commerciale des Etats-Unis.

OBLIGATIONS

Les rendements des emprunts à long terme du Trésor américain ont reculé mercredi, les investisseurs s'inquiétant de la fragilité de la reprise économique aux Etats-Unis et s'attendant à ce que la Fed maintienne ses taux d'intérêt au plus bas pendant une période prolongée.

Le rendement du bon du Trésor à dix ans, titre de référence du marché, a baissé de 2,2 points de base, à 0,650%, tandis que celui de l'obligation à deux ans a augmenté de 0,4 point de base, à 0,135%. Le rendement du titre à 30 ans a perdu 5 points de base, à 1,375%.

"Depuis Jackson Hole, il y a eu un revirement encore plus impressionnant et accommodant dans la politique de la Fed", indique Thomas Simons, économiste du marché monétaire chez Jefferies. "Le vice-président Clarida, la gouverneure Brainard et le président Mester de la Fed de Cleveland ont tous décrit la reprise comme étant 'fragile'. Le Livre beige semble le dire aussi", souligne-t-il.

CHANGES

Le dollar progresse jeudi matin face aux principales devises, dont l'euro.

L'espoir d'un vaccin contre le Covid-19 stimule l'appétit pour le risque. L'administration Trump demande aux Etats d'accélérer la procédure d'homologation des sites de distribution de vaccins d'ici au 1er novembre, signe que le gouvernement veut qu'un vaccin soit commercialisé avant la fin de l'année.

"Si un vaccin est rapidement développé et distribué, les perspectives économiques mondiales et américaines s'en trouveront améliorées, ce qui pèsera sur le dollar", indique la banque CBA.

De son côté, Danske Bank a revu à la hausse ses prévisions concernant la paire euro-dollar pour les 12 prochains mois, en raison du changement d'objectif d'inflation de la Fed. Danish Bank estime que l'euro atteindra 1,21 dollar dans un mois et 1,23 dollar dans trois mois. Ce dernier niveau devrait être maintenu dans un horizon à six mois, avant que la monnaie unique ne recule à 1,18 dollar dans un an. Précédemment, la banque anticipait un euro à 1,16 dollar dans un à trois mois et à 1,12 dollar dans six à 12 mois.

PETROLE

Les cours du pétrole accusent un léger repli jeudi matin et Axicorp prévient que les catalyseurs du marché pourraient commencer à s'épuiser.

Une baisse prononcée de la demande d'essence aux Etats-Unis en septembre est possible, la saison haute des déplacements touchant à sa fin, note le courtier. Axicorp souligne également que le marché craint une hausse de l'offre de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de ses alliés, menés par la Russie. Le ministre russe de l'Energie a proposé que l'Opep+ réagisse au rebond de la demande de pétrole.

A 7h30, le contrat de novembre sur le Brent de mer du Nord perdait 17 cents, à 44,26 dollars le baril, tandis que celui d'octobre sur le brut léger doux (WTI) coté au Nymex cédait 9 cents, à 41,42 dollars le baril.